PAP’S TOURE

1Z67KCG1_400x400

Après avoir bourlingué de continent en continent, Paps Touré, photographe et scrutateur balzacien de la rue, revient avec un nouvel ouvrage consacré à la ville de Paris, son premier amour. Gosse du 19e, il y dépeint avec brio une capitale à toutes les saisons : qu’il neige – on pense à ces superbes clichés d’un Paris plus hivernal que jamais – ou qu’il pleuve – lorsque la Ville Lumière fut prise d’assaut par la crue historique. Mais surtout, le colosse tend à nous montrer à travers son travail, et non sans ironie, l’âpreté de la vie, la solitude ou le bonheur via des portraits d’amants ou d’âmes laissées pour compte, notamment ceux de sans-abri. Contrairement à Doisneau (l’une de ses inspirations), l’artiste n’utilise jamais de mise en scène et privilégie un noir et blanc qui semble faire écho au photojournaliste Ted Grand, qui confiait : « Si vous photographiez les gens en noir et blanc, vous photographiez leur âme. Alors qu’en couleur, vous photographiez leurs vêtements. » Loin de son vélodrome qu’est la rue, Paps, plus loquace que jamais, nous répond du tac au tac pour raconter des anecdotes à propos de certaines de ses photos. Et sans mauvais jeu de mots, ça vaut le détour. 

Le livre ‘DIS LEUR » (35 €) est disponible à la librairie du Bon Marché ou en commande à l’adresse suivante : lesouffledelart@gmail.com

On est d’accord qu’il n’y a jamais de mise en scène ?  
(source site TimeOut) 

La suite de l’entrevue avec quelques photos qui illustre son travail… ici